Les premiers pas du test exploratoire

Contexte et enjeux

Les tests exploratoires sont le plus souvent utilisés dans des méthodes agiles, ils sont un bon moyen de détecter des bugs, et parfois plus qu’en suivant des cas de tests préalablement définis. Les tests exploratoires sont un excellent complément aux tests scriptés en apportant une vision alternative du comportement utilisateur prévu initialement.

Pour comprendre ces tests exploratoires, nous allons répondre aux questions suivantes : 

Qu'est-ce que le test exploratoire ?

Le test exploratoire est une technique informelle de test, où l’apprentissage, la conception, l’exécution et l’analyse sont réalisés en parallèle. Il se base sur l’exploration du produit et l’intuition du testeur à découvrir de nouveaux bugs qui sont difficiles à reproduire dans le cadre des tests scriptés. 

La qualité du test dépend de la capacité du testeur à inventer des cas de tests et trouver des bugs. Plus le testeur a des connaissances sur le produit et plus il a de l’expérience, meilleure sera la qualité du test. 

Les tests exploratoires peuvent être optimisés en permanence, tandis que les tests définis ont une tendance à rester statiques.  

En effet, une fois des tests scriptés exécutés, les chances de trouver un bug sur une deuxième exécution s’avère nettement plus faible. 

La différence entre tests exploratoires et tests scriptés

Quand et pourquoi utiliser les tests exploratoires ?

  • En intégration continue : les testeurs se basent sur les user stories pour noter les bugs, ajouter des mémos vocaux et créer de la documentation à la volée afin de répondre aux attentes croissantes des utilisateurs. 
  • Lors de tests sur des applications sensibles, les tests exploratoires permettent de ne pas manquer des cas extrêmes qui peuvent conduire à des échecs critiques de qualité. 
  • Ils sont également adaptés pour des cas spécifiques, par exemple lorsque l’on a besoin de donner un feedback rapide sur le produit et que le temps manque pour structurer ces tests. 

Comment exécuter ces tests exploratoires ?

A. Nous utilisons la gestion des tests basée sur la session ou SBTM

 (“Session-based test management)

Cette approche permet d’obtenir de bons résultats lorsqu’il s’agit de gérer les tests exploratoires sans en perdre l’essence et l’avantage :

  • Mise en œuvre de sessions de tests 
  • Période de temps ininterrompue consacrée à l’exécution (entre 60 et 120 minutes) 
  • Création de scénarios à la volée et enregistrement de la progression 
  • Le contenu de la session est dirigé par le testeur lui-même et la charte de test

Tips : Il est judicieux de faire un enregistrement vidéo pendant la session pour pouvoir reproduire les anomalies rencontrées et prévenir le risque d’incompréhension lors des tests.

B. La charte de test : garder une trace de la session 

La charte de test est une spécification des objectifs du test et des idées sur la façon de tester. Le testeur peut être chargé d’analyser une fonctionnalité, de rechercher un problème en particulier ou de vérifier un ensemble de correction de bugs. 

Ce qu'il faut retenir

Les tests exploratoires n’ont pas à rougir des tests scriptés, d’autant plus dans une organisation agile. Ils offrent une nouvelle approche pour se familiariser avec le produit et rendre les tests plus cohérents et performants. Le testeur pourra libérer pleinement son potentiel et s’adonner à ce qu’il maîtrise le mieux : tester. L’approche SBTM facilite le suivi de toutes les activités liées aux tests exploratoires, offrant ainsi une visibilité claire de la progression du test. 

Il faut tout de même garder en tête que les tests exploratoires doivent être en complément d’autres tests pour maximiser la couverture et délivrer un produit de qualité. 

PSSST 👀

Cet article vous a plu ❤️ ? N’hésitez pas à le partager pour que d’autres puissent en profiter ! Rejoignez-nous aussi sur Linkedin pour ne rien manquer et suivre notre veille sur les contenus Product & Quality !

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email