WeFiiT Talk : Délivrer la bonne valeur aux utilisateurs finaux

Chez WeFiiT, nous sommes persuadés que les partages en ligne autour des sujets du Product et de la Quality c’est super, mais avoir des interactions en réel autour de cérémonies dédiées c’est encore mieux ! 

Nous avons eu la chance de recevoir Audrey PEDRO, Product Lead chez Shift Technology lors de notre WeFiiT Talk du jeudi 10/09/2020 pour parler d’une problématique Product passionnante : Comment s’assurer de délivrer la bonne valeur aux utilisateurs finaux ?

Mais alors, qu’est-ce que le WeFiiT Talk? Ne vous inquiétez pas, on vous explique tout ! Bien-sûr, on vous parlera de notre super invitée, Audrey PEDRO et de son parcours dans le milieu du Product. Enfin, nous n’oublierons pas de vous présenter des points essentiels que nous avons retenu de cet agréable moment.

Les WeFiiT Talk : qu'est-ce que c'est ?

Un RDV incontournable

Les WeFiit Talk ont lieu tous les 2 mois et sont des moments privilégiés pour échanger autour de sujets Product et Quality. Après tout, c’est un peu notre spécialité !

Des acteurs passionnés en 
Product et Quality

Les WeFiit Talk permettent de réunir : un speaker passioné, nos convives (car la vie est faite de rencontres et de partages) et bien-sûr nos WeFiiTers.

Un moment convivial

Chez WeFiiT, on adore recevoir et on aime toujours poursuivre nos échanges et terminer la soirée autour d’un petit verre et de mignardises.

Audrey PEDRO, son parcours, ses produits, ses feedbacks

Audrey PEDRO

Le parcours d’Audrey

« J’ai débuté ma carrière dans le Product chez Xebia dans le cadre de l’ouverture d’une Digital Factory. J’ai été recrutée en tant que Proxy Product Owner pour faire le lien entre l’équipe de développeurs très expérimentée et le client. Je suis arrivée en stage de fin d’étude, je ne connaissais pas encore l’Agilité à cette époque. J’ai trouvé ce poste intéressant car notre rôle consiste à valider si un modèle est pertinent ou pas. Ça s’est très bien passé et j’ai continué en CDI. Une fois que le studio marchait bien, on a commencé à se dire que les Product Owner pouvaient être directement positionnés chez le client. 

C’est à ce moment là qu’a eu lieu la séparation de la structure et que les PO sont allés dans une société de conseil spécialisée dans le Product Management. J’y suis resté 6 mois mais après 3 ans à ce poste, j’avais envie d’avoir un recul plus global sur le produit. J’avais souvent travaillé sur des produits « from scratch » (en 2013, 2014, le métier de PO n’était pas encore répandu). On créait le produit de 0 ce qui fait que je voyais sans cesse les mêmes phases du cycle de vie du produit.

J’ai ensuite rejoint Docusign, anciennement Opentrust, pour travailler sur ces produits. Ma responsable était basée à San Francisco et avait 15 ans d’expérience dans le Product. Ça a été une montée en compétence extrême, un vrai tremplin. J’ai pu évoluer dans une organisation produit composée de 300 personnes à la tech et 30 Product Manager. C’était l’occasion pour moi de voir les bonnes pratiques et comprendre ce qu’était réellement le Product Management.

Fatiguée des aller-retours avec les US et des 9h de décalage horaire, j’ai souhaité intégrer une entreprise dont l’activité était basée à Paris. J’ai rejoint MyPeopleDoc, partenaire de DocuSign pour travailler sur un produit qui allait être lancé aux US.

Après un passage rapide en tant que First Product Manager / Lead Product chez Deepki, une jeune start-up composée de 50 personnes, j’ai rejoint Shift Technology en septembre 2018. J’y exerce depuis le poste de Lead Product sur les solutions SaaS qui aident les assureurs à lutter contre la fraude et à automatiser les déclarations en toute confiance. A l’époque, l’équipe était composée de 2 personnes mais s’est vite renforcée pour atteindre 7 personnes. »

Peux-tu nous parler de ton produit chez Shift Technology ? 

« Notre Produit permet la détection de fraudes qui est un sujet assez local et culturel. C’est un produit qui a de l’avenir, qui est vraiment important, sur lequel on continue à innover et à entrer sur des nouveaux marchés. Il est plus simple de travailler sur certains marchés comme la France car on y connaît les usages, alors que d’autres marchés, comme les US, sont plus difficiles. Quand on attaque un nouveau marché, on doit se poser de nombreuses questions: comment le produit doit évoluer pour que ce marché puisse en tirer parti ? C’est très intéressant car on doit prendre de nouvelles initiatives sur de nouveaux produits et des nouveaux problèmes à résoudre. Même si on sait faire de la fraude, on explore ce qui est autour du cœur de notre activité et qui peut étendre notre chaîne de valeur. »

Qu’est-ce que tu préfères dans ton métier de Lead Product ?

  • La stratégie Produit : comment étendre l’offre initiale à une nouvelle ? comment attaquer un nouveau marché ? comment étendre la chaîne de valeur pour son utilisateur ? Je trouve ces sujets passionants.
  • Le Management de Product Manager que je trouve extrêmement intéressant, d’autant plus que j’ai eu la chance de pouvoir composer ma propre équipe. Cela permet de compléter les forces et faiblesses de chacun, mais également d’apprendre de nouvelles choses moi-même.
  • La collaboration avec de nombreuses d’équipes : le Product Manager a la chance de voir l’entreprise sous plein d’angles différents.

Qu’est-ce qui fait un bon PO / PM selon toi ?

Un bon Product Owner / Product Manager est une personne rigoureuse, capable de comprendre les enjeux des parties prenantes de son produit et de s’approprier la mission de son entreprise. Une personne qui sait collaborer avec des profils très variés mais qui sait également prendre du recul.

Peux-tu nous parler d’un produit que tu as monté avec succès et pourquoi ?

Une grande fierté pour moi c’est le produit de signature électronique sur lequel j’ai travaillé chez DocuSign. On a fait émerger un produit qui alliait l’expérience utilisateur flawless de DocuSign avec le réglementaire d’OpenTrust. Je me souviendrai longtemps de cette démo sur scène devant 800 partenaires et clients en live qui m’a valu le titre interne de « demo queen ».

Quels conseils donnerais-tu à la Audrey PEDRO d’il y a 10 années ?

Pas facile. Ça va aller, continue d’apprendre des collègues brillants et n’arrête jamais de te former. Investit dans ton réseau, le monde des Product Manager est petit à Paris.

Quel produit/application t’inspires le plus ?

Ça fait bien longtemps que je n’ai pas eu un effet « Whaou » en utilisant une nouvelle app / produit. Ce qui me semble important : une expérience utilisateur bien pensée (je suis assez tatillonne là dessus mais par exemple une app qui demande de s’inscrire/payer ou créer un compte avant même qu’il n’y ait un début de valeur ça me crispe) et une véritable utilité. J’échangeais avec une consultante WeFiiT et l’application Rolland-Garros est pas mal quand on l’utilise pour le tournoi en lui-même (sauvegarde des billets, relais des infos sur les matchs etc).

En savoir plus sur Audrey PEDRO

Comment délivrer la bonne valeur aux utilisateurs finaux ?

Présentation délivrer la bonne valeur aux utilisateurs finaux

Les enjeux d’une équipe produit

La mission la plus importante pour une équipe produit (développeurs, PO, PM, QA etc…) est d’apporter de la valeur à l’entreprise et aux utilisateurs en travaillant sur les bons éléments et en ayant de l’impact. L’objectif : produire 80% de la valeur avec 20% du travail.

Pour cela, la première base est de bien comprendre dans quelle organisation l’équipe produit est en train d’évoluer. Dans un monde idéal, l’équipe produit devrait évoluer dans une entreprise  « Product Lead » où le produit est le centre de la machine et tous s’alignent dessus. Les OKR et indicateurs clés de l’entreprise seraient basés sur la valeur à apporter.

Cependant, dans la vraie vie, ces entreprises sont rares et ont chacune leur propre culture, leurs enjeux et leur histoire.

« En tant que personne contribuant au produit, on a une vraie pierre à apporter à l’édifice. »

La base est de s’approprier et comprendre la stratégie de l’entreprise dans laquelle on est. Pour le mettre en pratique, il ne faut pas hésiter à aller rencontrer les gens de toutes les équipes. Retranscrire ces éléments à son équipe pour partager une vision et connaître les objectifs à atteindre est primordial.

Audrey nous a montré qu’il était possible de s’assurer de délivrer cette valeur aux utilisateurs à chaque étape du cycle de vie du produit.

Lors de la construction de la roadmap

En effet, lors de la création des features, il ne faut pas perdre de vue l’objectif à atteindre par la feature : quelles sont les features à prioriser? a quoi et a qui servent-elles ? 

Une fois la feature créée, il est essentiel de savoir si l’objectif est bien atteint. Pour chaque feature, l’idéal est de définir (au moins mentalement) des métriques de succès, c’est-à-dire la manière dont on va mesurer le succès de la feature (ou pas).

Pourquoi ?

  • Afin d’aligner tout le monde sur l’objectif (PO, PM, développeeurs, QA…)
  • Afin de comprendre le client et la problématique qu’il essaie de résoudre

La collaboration avec les développeurs et les QA

Une des clés pour s’assurer de délivrer la bonne valeur aux utilisateurs finaux est également d’impliquer les développeurs et les QA le plus tôt possible dans le cycle de vie du produit. Par exemple, un PM peut emmener le Lead Dev aux rendez-vous avec le client, mais aussi à des User Test. Cela va permettre de voir et comprendre comment le produit est utilisé dans la vraie vie. 

Mais c’est également une manière de :

  • Partager l’ownership du produit qui n’est pas réservé au PM ou PO
  • Avoir plusieurs angles de vue du problème 
  • Avoir plusieurs personnes qui réfléchissent à la solution à apporter

La livraison de la feature ne signifie pas la fin

Une fois la feature livrée, comment savoir si la celle-ci s’approche de la valeur visée ?

Il ne suffit pas de mettre en production une fonctionnalité et ne plus y porter attention. L’équipe produit doit monitorer la fonctionnalité afin de savoir si elle est vraiment adoptée et utilisée par les utilisateurs. Utiliser des outils de data tracking est un réel avantage, mais si l’entreprise n’en est pas dotée, il est par exemple possible de mener des entretiens avec les utilisateurs pour récolter leurs feedbacks, ou opter pour le Guerilla Testing.

Prévoir du temps pour obtenir les premiers retours des utilisateurs et itérer en fonction de ceux-ci est une vraie ressource à exploiter.

La feature doit ensuite être adoptée par l’entreprise qui peut mettre en place des formations, mais également documenter les comportements de la fonctionnalité. En effet, il arrive trop souvent d’oublier une ancienne feature dont l’objectif était le même et que l’on redemande sous une nouvelle forme.

Nous tenions encore une fois à remercier Audrey pour sa venue et sa bonne humeur lors de notre WeFiiT Talk ! Nous avons été ravis de l’accueillir et d’échanger autour de cette problématique passionnante !

Nous avons déjà hâte d’assister au prochain WeFiiT Talk, comptez sur nous pour vous en parler !

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager autour de vous !

De la veille Product & Quality Management ça vous intéresse ? 

Vous pouvez dès maintenant suivre WeFiiT sur Linkedin pour en bénéficier.

Voici également les articles WeFiiT à venir qui pourraient vous intéresser :

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email